De Tressaint à Rome : une aventure hors du commun...

Notre blog retrace notre périple de Tressaint (Côtes d'Armor) à Rome. Nous sommes partis fin avril 2008... Nos pieds et nos pattes nous conduiront-ils jusqu'à la tombe du pape Jean-Paul II à Rome, but de notre pèlerinage ? Suivez-nous tout au long de cette aventure !

dimanche 28 septembre 2008

Le langage du coeur


Souvenez-vous, la semaine dernière, nous arrivions dans une grande hacienda (une ferme). Ce jour là nous avions eu entre autres, un refus qui nous avait fait mal. Vous savez que le samedi est important pour nous, car c'est deux nuits, et pour beaucoup c'est trop. La famille Pattaro est une grande famille connue et estimée sur la région. Normalement, deux ânesses, un chien et deux doux-dingues, cela ne devrait pas être leur problème. Eh bien une fois de plus, un ange est passé et quel bon dimanche nous avons passé avec eux, et toute la famille.

Lundi, nous marchons, des lignes droites encore et encore. J'avoue qu'une table et deux chaises à l'ombre seraient les bienvenus. Eh bien cinq minutes après, je vous regarde droit dans les yeux, cinq minutes après nous étions pour le pique nique de midi, chez Ricardo et Carlo sur deux chaises auprès d'une table dans la cour, et nous mangions un gâteau pour l'anniversaire de la maman Franca. Le soir, c'est la famille de Fabrizio et Francesco Filippi qui nous accueillaient sous la recommandation de Luciano Pattaro.
Là aussi, tout nous était donné, par moment c'est un feu d'artifice d'amitié qui nous fait exploser de bonheur. Permettez-moi de vous faire une confidence : dans tous ces moments d'amitié et d'échanges, nous avons oublié que nous ne parlions pas italien. Mais il y a un langage, c'est celui du coeur, et là nous nous comprenons parfaitement. Et puis il y aura Graziano Pasquini à Ripabella et Guiliano Poli à Monteverdi qui de lui-même est venu vers nous, et nous a ouvert ses bras et son coeur. Le matin, il y avait des larmes, et pourtant, nous ne parlons pas italien.
Petite anecdote : mon matelas est percé depuis plusieurs jours, et j'ai mal aux côtes. Eh bien, sans qu'il ait pu s'en douter un seul instant, en arrivant chez Guiliano, il m'a sorti devinez quoi : un matelas, élémentaire mon cher Watson !

Ce soir samedi, nous arrivons à Suvereto, et une fois de plus une famille nous accueille, à suivre. De retour à la maison, tous ces moments seront pour nous plus précieux que tous les diamants du monde.

Le méli-mélo de la semaine :
Nougatine s'est retrouvée assise car elle avait glissé sur le macadam, mais sans mal.
Simba avait un petit bobo au pied, vite guéri avec le calangula de Monique de Gouzon.
Paola, la nièce de Luciano, a offert une couverture à Danielle, et je ne l'entends plus ronchonner qu'elle a froid.
Dans environs deux semaines, je fais déferrer les ânesses pour qu'elles ne glissent plus. L'autre nuit, sans doute un renard, fait peur à Nougatine. Mes amis, quelle nuit ! Cette semaine, nous allons vers Grossetto.

Amitiés à tous, les Pierdan.

4 commentaires:

Robert MARCHAND a dit…

Bravo pour votre périple !

J’ai régulièrement suivi votre parcours où se mêlent la souffrance, la colère, l’espoir, l’abnégation, la reconnaissance, la quête de l’autre, le partage, le plaisir de l’effort, la ténacité…
Tout ceci pour l’aboutissement d’un même projet, d’une même ligne de vie.

J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour les hommes ou les femmes qui attachent une valeur primordiale à la condition humaine, à la valeur humaine.

Bon courage pour ces dernières centaines de kilomètres !

Robert MARCHAND

Anonyme a dit…

Buongiorno !

Nathalie et Stéphane ADAM nous ont donné l'adresse de votre blog et nous suivons votre parcours avec beaucoup d'admiration.
Quelle avanture excetionnelle ! Chapeau !
Seule la marche à pied permet de ressentir de telles sensations: découverte des paysages mètre par mètre, rencontres vraies (chaleureuses le plus souvent, rudes parfois...).
Je vous avais bien vu vous entraîner avec vos amies ânesses, mais j'étais loin d'imaginer que vous prépariez un tel périple!

In Italia fa un bel tempo, ma in Tressaint, fa un tempo di lupo...
Abbiamo molta pioggia et molto vento questi giorni ; Foglie cadono.

Bravissimo per la vostra "epopea" !
Arrivederci !

Vos voisins,
Michel et Colette CARREE

Anonyme a dit…

"AVENTURE EXCEPTIONNELLE" bien sûr...J'aurais dû mieux relire !

Michel CARREE

Philippe a dit…

Bonjour les marcheurs,

je n'avais plus de vos nouvelles depuis un bon moment car j'étais parti accompagner des groupes tout au fond du nord-ouest du Canada pour deux mois.

Heureux de vous retrouver si proche du but !

Pour ceux qui douteraient encore de l'importance de la Providence dans ce genre d'aventure (qui ?), voici mon témoignage le plus récent sur le sujet (je ne l'ai pas posté ici car c'est un peu long ;-)

Amitiés
Philippe