De Tressaint à Rome : une aventure hors du commun...

Notre blog retrace notre périple de Tressaint (Côtes d'Armor) à Rome. Nous sommes partis fin avril 2008... Nos pieds et nos pattes nous conduiront-ils jusqu'à la tombe du pape Jean-Paul II à Rome, but de notre pèlerinage ? Suivez-nous tout au long de cette aventure !

lundi 21 juillet 2008

Et de trois !

Et de trois ! en effet, voilà aujourd'hui trois mois que nous sommes partis. Nous croyons en la providence (le hasard) et nous sommes toujours aussi motivés. Quelques kilos en moins, mais cela équilibre. Toutes ces rencontres que nous avons faites, ces moments fugitifs d'une soirée ou le matin quand il y a de l'émotion au moment du départ nous rassurent. Nous avons tendance, nous les premiers à le croire, que notre monde est triste. Certes souvent, dans notre société contemporaine, il y a le verni. Mais sitôt que nous le grattons un peu, l'humain apparaît avec tout ce qu'il y a de bon en lui.

Chaque jour nous en faisons l'expérience, aujourd'hui, nous sommes convaincus que nous pourrions vivre uniquement de charité.
Tenez, un exemple parmi tant d'autres, samedi 12h30, nous approchons de Montelier, un petit villages près de Valence. Il fait chaud, même très chaud. Il y a une très grosse circulation. De l'autre côté de la route, un homme nous propose de nous rafraîchir, les animaux et nous. Ce que nous faisons. Et comme les animaux ont de l'ombre et de l'herbe, nous demandons si nous pouvons nous poser le temps du repas. Immédiatement, ils acceptent avec joie et nous avons tout ce que nous souhaitons. Comment ne pas remercier Karim et Laura de leur accueil. C'est pour nous comme tant d'autres un moment de fraîcheur et d'amitié.

Lorsque nous sommes partis jeudi matin de la maison mère des foyers de charité de Châteauneuf , il y avait aussi du blues. Durant quatre jours, nous avons pu grâce à eux nous ressourcer à tous les niveaux. Logiquement, il devrait y avoir une rupture entre l'accueil précédant et le suivant. Par je ne sais quel prodige, nous avons le sentiment que la plupart du temps le fil n'est pas coupé, que la continuité se fait. Pour clore ce chapitre, nous croyons tout simplement que cela s'appelle l'amour de son prochain. Et cela nous le vivons.


Côté pratique, si tout va bien, nous devrions commencer notre grimpette dans les Alpes en fin de semaine. Les ânesses vont bien, tant qu'à Simba après 110 km faits la semaine dernière, il commence à retrouver la pèche. Samedi soir nous nous sommes posés à Chabeuil dans une ferme camping. Les ânesses ont un super pâturage. Mais je vais à présent vous laisser car Nougatine a des choses à vous dire.

Très chers amis, bonjour, c'est moi Nougatine dit "chochotte" qui tient à vous donner des nouvelles fraîches de nos patounettes.
Pour le moment je suis sans fers car depuis trois semaines, on m'a enlevé ceux de devant. Comme la corne avait repoussé, le faire était possible.
Mais le grand benêt de Pierre dit qu'il va falloir sans doute penser à le referrer. Je vais vous dire entre nous que celui-là il m'inquiète. Avec ses fers, il dit qu'il faut le supporter encore trois mois.
Faut que je vous raconte. L'autre jour il était en train de nous graisser les pieds avec du goudron de Norvège, noir et très odorant. Ce qui est tout à fait bien et normal. Mais figurez-vous que ce nigaud, il s'en est mis plein son pantalon... Je ne vous dis pas l'odeur, même une fois lavé. Inutile de vous dire que la Danielle elle roucoulait.

Allez, je vous serre le sabot, plein de goudron !

Les étapes à venir : Crest, Saillans, Die, Recoubeau, Beaumont en Diois et la Beaume.

Agrandir le plan

1 commentaire:

Philippe a dit…

Bon courage pour la montée !!! ;o)
Philippe